Un Minotaure dans les rues de Toulouse

Pendant quatre jours, la compagnie La Machine a envahi les rues de Toulouse. Les organisateurs tablaient sur 400 000 spectateurs, ils ont été plus de 800 000. Du jamais vu.

Un reportage à retrouver ici.

Le premier jour, de drôles de bruits se sont répandus dans la ville… Un Minotaure siégeait devant le Capitole. Une araignée géante serait montée sur le toit de l’Hôtel Dieu. Alors les uns et les autres sont sortis pour en avoir le cœur net. Dès le premier soir, 200 000 personnes étaient au rendez-vous sur le pont Neuf. Elles ont assisté au premier acte d’un incroyable opéra: la lente et poétique descente d’Ariane l’araignée. Le ton était donné pour le reste du week-end.
Le lendemain, Astérion le minotaure a ouvert un œil. Devant une foule compacte et impatiente. Il l’a regardée, jaugée, avant de se lancer à l’aventure dans les rues du centre-ville toulousain. Son nouveau labyrinthe en somme.

Quand le Minotaure arrive à Jean-Jaurès.

Pendant trois jours les deux compères ont cheminé dans le centre de Toulouse libéré de toute circulation, Astérion bombant le torse et Ariane lançant ses longues pattes. Les spectateurs à leur trousse, envahissant les rues, les places et les trottoirs pour les apercevoir. Lorsque les géants sont là, à quelques mètres de vous, l’instant est suspendu, irréel. Les musiciens campent l’ambiance, tandis qu’Astérion le colosse pousse un râle et regarde son monde avec une infinie douceur.

Les regards se posent aussi sur tous ces machinistes qui leur donnent vie. Ils sont 11 sur l’araignée, dont 8 rien que pour les pattes. C’est un ballet permanent qu’offre la compagnie La Machine pour ce spectacle Le Gardien du Temple.
Un spectacle acheté 2,1 millions d’euros par Toulouse Métropole, qui a aussi déboursé 2,4 M€ pour le Minotaure.

Un reportage publié sur le site de Bus et Car – Tourisme de groupe.

La piste des Géants

Puis dimanche soir, les stars ont regagné leur antre: la Halle de la Machine dans le quartier de Montaudran.

C’est sans doute pour retrouver cette magie que 15 000 personnes se sont pressées, une semaine plus tard, aux trois jours d’inauguration de cet équipement flambant neuf (15M€). Elles y ont retrouvé l’univers de la compagnie et ses mille et une inventions: la machine à caresser les plantes, celles pour les bercer et leur raconter des histoires, la cocotte à flute, le moulin de guitares… Le tout servi par les explications loufoques des machinistes-comédiens. Tous ces trésors sont désormais accessibles au public 280 jours par an.
Tandis que sur la piste, Le Minotaure devenait assez docile pour embarquer sur son dos les premiers voyageurs – tout de même 1500 en trois jours -. Et pas n’importe où, sur la piste des Géants, là où les pionniers de l’aéropostale ont pris leur Envol voici 100 ans. C’est d’ailleurs le nom qui sera donné au musée qui ouvrira juste à côté le 22 décembre: L’Envol des pionniers (un autre reportage à découvrir ici).

 

Retour en images

Articles récents

Commentaires récents

    Archives

    Catégories

    Follow Us

    Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter

    charline poullain Écrit par :